Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de vcstrois sur Jean-Michel Jarre

Pour vous faire découvrir la planète Jarre, le travail de ce compositeur et les rêves que sa musique m'inspire

Electonica tour, "Le voyage interstellaire" (extraits de critiques sur la tournée)

Publié le 15 Septembre 2016 par vcstrois-jarre

Extraits d'articles, cliquez sur les liens pour découvrir les articles entiers

24heures.ch (11 juillet 2016) un Auditorium Stravinski transformé en vaisseau spatial

Le voyage interstellaire proposé à une foule compacte et conquise a scanné quarante ans de musique électro. Et au-delà du caractère purement impressionnant du show, voir en chair et en os l'homme qui a inventé le genre et testé son armada de lasers avant les autres ajoutait un aspect documentaire à la performance.

[…]L'intro du concert, «The Heart of Noise», installe l'ambiance et permet de découvrir une scène barrée de lignes verticales rouges pulsantes sur des rideaux amovibles de LED, créant des effets 3D saisissants. Beat techno appuyé, gros sons râpeux sur les nappes, le ton est donné. Puis, très vite, première icône sonore, Oxygène part. 2, son arpège obsédant, ses bombardements modulaires caractéristiques, et cette mélodie en staccato que personne n'a oubliée.

[…]ça déménage. «Zero Gravity», le titre composé avec Tangerine Dream, envoie du très lourd, soutenu par des faisceaux lasers qui arrosent la salle de mille nuances. Sur «Exit», morceau qui dialogue avec Edward Snowden récitant en boucle quelques pensées autour de la «privacy», la sarabande devient paroxystique. Épileptiques s'abstenir.

 

Lemultimedia.info (12 juillet 2016) Une création artistique peaufinée et galvanisante

L'article complet vaut le coup, en particulier le développement sur l'aspect militant de la démarche de Jarre. De plus il critique l'album de façon très positive dans la deuxième partie du texte.

[…] un décor et une animation enflammés qui ont captivé le public […]

[…] aucun des discours prononcés par l’artiste à Montreux ne se prête à la propagande; voilà tout l’atticisme qui réside dans son langage. Le vrai militantisme est en réalité dissimulé, acté dans une création artistique peaufinée et galvanisante. […]

[…] L’électronique subvient plus tard aux besoins élargis de cette musique organique; elle accentue les traits des revendications et des quérulences, renforce et intensifie les doléances des plus démunis. […]

[…] À coups d’animations laserisées et de mirages technologiques, Jean-Michel Jarre nourrit toujours plus la prodigalité de son spectacle musical. […]

[…] Un visuel tridimensionnel appartenant pleinement à l’orchestration, aussi parce que le Lyonnais sait pertinemment que son public attend beaucoup de la scène. […]

[…] Jean-Michel Jarre a su enrichir son scénique d’une pointe de dramaturgie toute particulière […]

[…] le maestro de l’électronique est un sculpteur établi des effets spéciaux. […]

[…]  Un décor pleinement suggéré par l’artiste français qui aime s’adonner à ce genre de soubresauts entre un passé remis au goût du jour et un présent avant-gardiste tenant compte des exploits antérieurs. Et dans ce croisement des horizons, ne sommes-nous jamais au bout de nos surprises; en fin de set, Jean-Michel Jarre sort le grand jeu. Une touche finale pour un final touchant. […]

 

Bfmtv (18 juillet 2016) Un véritable voyage onirique

(transcription du reportage vidéo)

"[…] Deux heures de show, un véritable voyage onirique pour le public.[…]

Jean-Michel Jarre traverse les époques et rassemble les générations. Son secret: réussir à arrêter le temps l'espace d'une soirée."

 

Midi Libre (15 juillet 2016) Un vent d'électro dans les arènes

[…] On redécouvre le talent du compositeur pour créer une ambiance, une mélodie imparable, juste au moyen de quelques notes et d'une rythmique bien troussée.

Dans cet Electronica World Tour on retrouve aussi le Jarre "technologique", à travers des panneaux à LED derniers cri, qui offrent sur scène d'intéressants jeux de profondeurs, ou encore les pultiples caméras qui retransmettent sur écran géant, ses manipulations sur machines à sons. […].

 

Telerama (20 juin 2016) Un musicien qui a gagné sa place au Panthéon de la musique électronique

[…] Dans l'immense hall qui l’accueille, le son atteint très vite sa vitesse de croisière et n'a aucun mal à emplir ce qui pourrait tout aussi bien servir de hangar à avions. Derrière Jarre, un immense rideau de lumières bleutées donnent l'impression de voir des paquets de données numériques transiter en temps réel à travers les tuyaux bien rangés d'un gigantesque datacenter.

Justement, l'un des thèmes du show est la critique de notre société hyperconnectée qui laisse prise à une surveillance de tous les instants. […]

[…]Mais les doutes s’évanouissent lorsqu’arrive le final : la harpe laser ! Jean Michel enfile ses gants blancs et se cale devant les rayons verts. On rappelle le principe de l'instrument : il suffit de couper de la main le faisceau lumineux pour jouer la note assignée. D'un strict point de vue musical, aucun intérêt, il pourrait jouer exactement la même mélodie de l'index de la main gauche. Mais rien à dire, un laser fait toujours son petit effet.

Commenter cet article