Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de vcstrois sur Jean-Michel Jarre

Pour vous faire découvrir la planète Jarre, le travail de ce compositeur et les rêves que sa musique m'inspire

Electronica, "une épopée intimiste et altruiste" - extraits de critiques (suite)

Publié le 20 Novembre 2015 par vcstrois-jarre

Dans le magazine GQ (décembre): Jean-Michel Jarre, musicien de l'année, UN PROPHÈTE (ELECTRO)


[...] Entre sa formation avant-gardiste au GRM (Groupe de Recherches Musicales) et la variété qui lui tend les bras, Jarre choisit sa propre voie. Celle d’Oxygène (1976), six mouvements instrumentaux et synthétiques [...] Les albums Equinoxe, Les Chants magnétiques et Zoolook [...] résolvent l’équation impossible : concilier expérimental et grand public.

Son nouvel album, qui rime chez lui avec un retour à l’élégante simplicité de ses jeunes années, se révèle une épopée intimiste et altruiste. Il lui permet de retrouver avec maestria une place de choix : celle de l’innovateur et du passeur qu’il a toujours été. LUDOVIC LEGAL

 

Dans La Croix (03/11/15) : Un album-concept d’une ambition nouvelle

[...] On songe toujours à un feu d’artifice ici, mais chaque rosace, d’une couleur différente, met en lumière la singularité d’un autre. À chacun, Jean-Michel Jarre a proposé une maquette, selon son style, avant un travail commun. Il en ressort seize titres hétérogènes, un peu foutraques, mais qu’il faut écouter en continu pour se laisser surprendre.

Les adeptes de Moby retrouveront sa pop mélancolique, ceux de Tangerine Dream se laisseront bercer par leurs effets robotiques… Les plus franches réussites sont pourtant le fruit des collaborations avec la génération au sommet de la French touch : l’artiste antibois M83, les Versaillais de Air, ou Gesaffelstein, natif de Lyon. JEAN-YVES DANA. Un entretien avec l'artiste précède la critique.

 

Dans Le Parisien (11/10/15): Ce voyage sur la planète électro est une excellente surprise

[...] réjouissant, dense mais homogène, dansant, planant, expérimental, fou comme son duo avec Pete Townshend, le guitariste des Who, tubesque comme « Glory » avec M83, « Automatic » avec Vince Clarke, ou « Stardust » avec Van Buuren. On s'amuse à retrouver des sons qui ont fait la gloire de Jarre, sans que jamais cela ne sonne daté ou autoparodique. On attend impatiemment la suite, en mars prochain, avec parmi ses invités Christophe, Giorgio Moroder ou Sébastien Tellier.
 

Extraits de critiques sur Deezer : Une recherche intérieure

"Première écoute ... premier titre on est bien chez JMJ... La Time Machine fonctionne à fond [...]"

"Il y a comme une recherche intérieure, une certaine plénitude par moment et ensuite une revanche sur le passé. [...] Heureux du retour de Jean-Michel JARRE"

"Plus on l'écoute, plus il prend de l'ampleur, plus il est bon !! Musique géniale, beaucoup de détails dans les sons"

"La rencontre Jean-Michel / Armin : tout simplement planant et splendide. J'aime bien cet album, on retrouve absolument la patte de Jean-Michel Jarre."

"Superbes collaborations dans lesquelles on reconnait bien la patte du génie. Vivement la suite. Merci encore MONSIEUR JARRE."

 

Dans le magazine Trax (numéro de novembre) : Une vision très personnelle des musiques électroniques

[...] [Certains invités] révèlent par leur production toute la finesse des ambiances cinématiques du compositeur [...]. Le disque, qu'on pourrait appeler compilation, est néanmoins guidé par le fil conducteur de ces mélodies de claviers nostalgiques. [...]. (Un long entretien précède la critique).

 

Dans "La bande originale", sur France Inter (20 novembre 2015) : Un casting incroyable

"Tout l'album est bon. C'est incroyable. C'est un pur bonheur cet album. Il y a une cohésion, une logique sur tout l'album mais chacun garde sa patte et son ambiance." NAGUI

De nombreux extraits de l'album sont diffusés.

Une question intéressante de Christophe Bourseiller dont la réponse donne envie d'écouter l'album qui vient de sortir mais aussi le volume 2 à venir:

Christophe Bourseillier: "Et maintenant, vous n'êtes pas tenté de refaire un morceau hyper expérimental, de renouer avec la musique dite contemporaine?"

Jean-Michel Jarre: "Quand vous allez écouter les deux volumes d'Electronica et notamment le 2ème que je suis en train de terminer, je pense que vous aurez une réponse à la question que vous me posez."

 

Sur TV5 monde (14 novembre 2015): Un retour aux sources
[...] " Il n'a jamais dévié de la voie qu'il s'était tracée. [...] Il voulait  composer sa musique et aller dans son monde. Et il l'a fait. En sortant des sentiers battus. Déjà au milieu des années 70 et c'est comme ça qu'on a eu droit à Oxygène. En continuant à sortir des sentiers battus auojurd'hui parce que [...] [ce nouvel album] n'est pas représentatif de la musique électronique d'aujourd'hui, mais c'est représentatif de sa musique. [...] MICHEL CERUTTI

 

Dans 20 Minutes (15/10/2015)  La science-fiction comme source d’inspiration

[...] Arthur C. Clarke, dont le roman a été adapté par Kubrick, fut l’une de ses sources d’inspiration, « tout comme Isaac Aasimov, Dan Simmons et Frank Herbert ». D’ailleurs, l’album de Jarre est sous-titré The Time machine, clin d’œil au classique d’anticipation de H.G. Wells, la machine à explorer le temps. Les jeunes générations rendent hommage à son passé de pionnier de l’électro, Jean-Michel Jarre leur passe le relais. « Quand l’an 2000 est arrivé, on est devenus orphelins du futur. On a besoin de se le réapproprier et de le réinventer. C’est l’un des rôles de la musique électronique. »

 

Dans Voici (07 novembre 2015): Vous voulez du son ? En voilà du bon !

[...] Le planant, il faut aimer. On préfé­rera donc l’in­tel­li­gence d’un « Glory » accro­cheur (avec M83) à la profon­deur mélan­co­lique de « Zero Gravity », réalisé avec Tange­rine Dream. Il reste ce son spacieux unique dont Jarre a le secret et les trou­vailles atmo­sphé­riques qui vont avec.

 

Une série d'entretiens est aussi en ligne, parfois accompagnés de commentaires:

Sur RTL dans "laissez-vous tenter", Yves Calvi (13 octobre 2015) conclut après la diffusion du reportage: "Je connais peu d'artistes qui parlent avec autant d'intelligence de leur métier. C'était vraiment passionnant, qu'on soit sensible ou pas à cette univers musical, c'était vraiment une belle rencontre". Autre entretien, plus long et dans une ambiance très joyeuse, sur RTL dans l'émission "A la bonne heure" (15 octobre 2015).

Le Point (14/10/15) présente l'entretien avec ce titre : Jean-Michel Jarre en son studio tel un peintre dans son "atelier".

L'entretien peut-être le plus complet, et l'un des plus intéressants je trouve, mais sans réelle critique et avec de nombreux a priori, sur le site de Libération (oct 2015).

Certainement très complet aussi, mais réservé aux abonnés, un entretien sur le site des Inrocks: [...] Jean-Michel Jarre n’a pas cessé d’ouvrir des portes. (16 octobre 2015)

Des entretiens vidéos:

  • "Sourdoreille"
  • "Future Music Magazine". En Anglais et un peu technique mais excellent pour découvrir le travail sur les différents synthés. Mon passage préféré à 20mn35, sur la création d'une boucle pour le morceau avec Air, selon la méthode qu'il utilisait au GRM dans les années 1960.
  • "ttt" (télévision allemande)

Un long entretien radiophonique sur la BBC (45 minutes) que l'on peut écouter, en anglais, en trois parties: Partie 1, partie 2, partie 3.

 

On trouve aussi des critiques à l'étranger:

The Guardian: (note 4/5) "Jarre’s soaring washes of chords are present on tracks such as Conquistador (with French techno artist Gesaffelstein) and Zero Gravity (one of the last recordings of the late Edgard Froese of Tangerine Dream). But, by and large, the new age retro-futurism that characterised Jarre’s earlier work is replaced by a focus on accessible modern pop."   

Mixamag: (note 10/10)  "we can't see anyone else topping this star-studded cameo list for some time, and you can't help but smile from ear-to-ear when listening to it."

Mojo (novembre 2015, p86): "All in all, this is an unqualified triumph." 

 

Et pour ceux qui ne l'ont pas lu, l'article précédent de ce blog rassemblait d'autres critiques d'Electronica.

 

 

Commenter cet article